Archivi tag: Pseudo Plutarco

eBook di filosofia: Pseudo Plutarco, Des Opinions des philosophes

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pseudo Plutarco, Des Opinions des philosophes

L’objet général du traité du Pseudo-Plutarque, c’est la nature, par opposition à la philosophie morale et à la philosophie verbale (I, préf.) : entendons par-là qu’il ne s’agit ni d’éthique, ni de logique, mais de la science qui chercher les principes de tout ce qui existe par nature (et non du fait de l’action, ou du raisonnement humain). C’est en ce sens que cette collection d’opinions traite d’abord des principes incorporels et éternels (I) puis des principes célestes ou supra-lunaires, c’est-à-dire corporels et éternels (II) avant de passer aux réalités sublunaires (III à IV), elles-mêmes soigneusment classées : celles qui sont au- dessus de la terre et au-dessous du ciel et de la Lune, les Météores (III); celles qui sont terrestres et touchent à l’âme (IV); et, enfin, celles qui sont terrestres et corporelles, tuchant à la vie (V).
Le Premier Livre, en effet, pour objet les principes et les réalités métaphysiques – ou plus exactement tout ce qui se range des principes, éléments et causes (I, chap.II, jusqu’à la nécessité, la destinée et la fortune (I, chap.XXIX). On passe alors, avec le deuxième livre à l’examen des réalités corporelles : du monde (II, chap.I) à la Lune et au calendrier (II, chap.XXXI & XXXII). Sous la Lune, il faut alors ranger les réalités sublunaires, qui sont corporelles (comme l’étaient les réalités supralunaires : planètes, étoiles, etc.), mais aussi temporelles et non éternelles : le Livre III du traité des Opinions des Philosophes ressemble ainsi à un un traité des Météores. Avec le Livre IV, on passe à l’examen des réalités terrestres, en commençant par les réalités psychiques, de l’Âme en général (IV, chap. II) aux facultés de l’âme (jusqu’au chap. XXI), en passant par les différentes formes d’âme, son immortalité, etc. Vers la fin du quatrième Livre (chap. XXII & XIII), on trouve des considérations sur les liens de l’âme et du corps; au début du livre V, sur les images des la divination et des songes (Chap. I & II). Le Livre V a pour objet les réalités terrestres inférieures à l’âme : de la semence générative (V, chap. III), qui en est issue, à la santé du corps (V, chap.XXX) en passant, par la description des processus de génération, de développement de l’embryon. Ce qui peut sembler à un lecteur non averti des XVIè et XVIIè siècle un cours complet de philosophie naturelle, est en réalité un catalogue d’opinions des auteurs anciens, portant sur tous les sujets auxquels les philosophes de toutes les écoles avaient coutume de s’intéresser.”

Lascia un commento

Archiviato in eBook di Filosofia, Filosofia antica